Alimentation des femmes : quels changements ? Angelica Cesena répond

La Cucina Italiana

Enfin, nous parlons de régime femelle. Et si cela se produit, c’est parce que la science, après des années d’études sur les hommes, tant sur les pathologies que sur les traitements, a commencé à changer de cap, réalisant que nous sommes différents dans notre rapport aux premières et dans nos réponses aux secondes. Donc oui: nous avons aussi des besoins différents à la table. Il y a aussi une autre bonne nouvelle : il y a maintenant des experts qui vulgarisent ces concepts et nous guident vers un mode de vie de plus en plus sain et donc aussi une alimentation personnalisée. Entre ceux-ci Angélique Césènebiologiste nutritionnelle, sur Instagram @lanutrizionistaincucina, vient d’arriver en librairie avec Conçu pour les femmes, la bonne nourriture pour chaque étape de la vie (Junti Editore).

Un guide qui explique comment l’alimentation affecte notre bien-être et qui s’intéresse notamment à la relation entre la nutrition et les troubles et maladies gynécologiques plus ou moins graves pouvant aggraver la qualité de vie. Le docteur Cesena explique pourquoi dans cette interview.

Entretien avec Angelica Cesena

Que savons-nous aujourd’hui de la nutrition des femmes que nous ne connaissions pas auparavant ?
«Il y a encore quelques années, on pensait que les différences entre hommes et femmes étaient uniquement liées à des pathologies génitales. On s’est alors rendu compte qu’il existe différentes fluctuations hormonales chez la femme, aux différentes étapes de la vie – du cycle à la grossesse, en passant par la ménopause – qui déterminent des besoins spécifiques. Ainsi est née une véritable branche d’étude, la Gender Medicine, qui enquête sur ces besoins et donc sur les traitements. »

Quelles sont les différences entre l’alimentation masculine et féminine ?
« Les bases sont les mêmes : elles restent celles du régime méditerranéen. Ensuite, le régime doit être personnalisé en fonction des phases. Par exemple, pendant la période de procréation, les femmes doivent prendre plus de fer ou faire plus attention au calcium pendant la phase ménopausique car elles risquent l’ostéoporose en raison d’une carence en œstrogènes. »

Quel est le lien entre l’intestin et le système génital ?
«Ils sont proches, mais nous ne connaissons toujours pas en détail le mécanisme qui les relie. Certes le microbiote intestinal, la population de bactéries présente dans l’intestin, influence le microbiote vaginal. Les pathologies vaginales surviennent souvent en association avec une dysbiose intestinale et j’ai moi-même, avec mes patientes, constaté qu’en renforçant l’intestin, on obtient des améliorations significatives en cas de troubles ou de pathologies gynécologiques.

L’alimentation contribue-t-elle également à la fertilité ?
«Tout d’abord, il est bon de clarifier un point sur lequel règne encore une confusion : il n’existe pas de régime de fertilité. Il existe cependant des lignes directrices, avec dix règles simples, élaborées par l’Université Harvard, qui sont les plus classiques : elles recommandent de suivre une alimentation équilibrée, avec une consommation élevée d’ingrédients d’origine végétale et donc méditerranéenne. En plus de cela, j’ajouterais qu’il est déconseillé de suivre des régimes de type cétogène ou sans gluten sans besoin spécifique. »

Ces derniers temps, la science s’est beaucoup concentrée sur la relation entre la glycémie et la santé. Comment les balançoires nous affectent-elles, les femmes ?
« La réponse glycémique est extrêmement variable, chaque organisme réagit différemment, c’est pourquoi on ne peut pas généraliser ou trop se référer à des paramètres comme l’index et la charge glycémiques : ils sont limitants, ils sont laboratoires. En même temps, diaboliser les sucres n’est pas une bonne chose car ils constituent l’un des principaux carburants du cerveau. Tout dépend de la façon dont le repas est composé : s’il est riche en fibres, en protéines, s’il contient des glucides et s’il est complet ou non. Ce qui compte, c’est de savoir équilibrer. »

Beaucoup de ses collègues recommandent de commencer la journée par un petit-déjeuner salé, car une grande partie des changements glycémiques de la journée en dépendent. Qu’en penses-tu?
«À mon avis, ce n’est pas indispensable. Encore une fois, que ce soit sucré ou salé, cela dépend de l’équilibre. Vous pouvez prendre un excellent petit-déjeuner sucré avec du yaourt, des flocons d’avoine et des fruits secs pour ne citer que l’exemple le plus simple. »

Toujours au sujet des tendances, que pensez-vous duvinaigre? De nombreuses femmes ont commencé à en boire avant de manger, pensant que cela réduirait leur glycémie. Travaux?
«Je pense que c’est un leurre. Le risque est qu’après l’avoir bu, on se sente en droit de manger davantage. Ce qui est sûr, c’est que les études ne soutiennent pas cette pratique, qui peut également être dangereuse en cas de gastrite. »

Est-il vrai que nous, les femmes, devons manger moins que les hommes ?
«En général oui, parce que constitutionnellement nous sommes plus petits, et donc les besoins sont moindres».

Pourquoi prend-on du poids plus facilement après 40 ans ?
«Chaque décennie, le métabolisme diminue. Ensuite, chez les femmes entre 40 et 50 ans, commencent des fluctuations hormonales qui augmentent la sensation de faim. Si vous ne parvenez pas à le contrôler, c’est une bonne idée de contacter un gynécologue ou un endocrinologue pour savoir si vous pouvez intervenir pour corriger un déséquilibre. »

Pensez-vous qu’il est nécessaire d’effectuer des visites nutritionnelles préventives, comme le font déjà les gynécologues, les spécialistes du sein et d’autres experts pour des contrôles périodiques ?
« Dans le cas de la nutrition, les visites sont utiles en cas de déséquilibres. Et normalement, c’est toujours le médecin de famille, ou le gynécologue, qui propose des tests cliniques ou des visites chez un spécialiste pour obtenir des informations complémentaires. Ce qui est sûr, c’est qu’il faut faire le premier pas vers la prévention »

Comme, comment?
«Il faut une alimentation équilibrée, à forte teneur végétale, avec des aliments toujours différents. Les aliments probiotiques, amis de l’intestin, comme le yaourt par exemple, sont également utiles. De plus, il est bon de se rappeler qu’en plus de la nutrition, il est nécessaire de pratiquer une activité physique. Enfin, il est essentiel d’apprendre à gérer le stress : il provoque des altérations hormonales avec diverses conséquences dont l’altération du cycle menstruel. »

Autres articles de La Cucina Italiana qui pourraient vous intéresser :

-Plat unique et léger ? Cinq recettes à emporter au bureau
-Le vinaigre de pomme le matin, est-ce bon pour vous ?
-Carence en vitamine D ? Les signaux du corps et comment y remédier

Ronan Il Quadrifoglio
Ronan Il Quadrifoglio

Ronan, rédacteur pour Il Quadrifoglio, marie sa passion pour la cuisine italienne à un style rédactionnel riche et captivant. Expert en tendances culinaires, ses articles offrent une immersion gustative unique, faisant de chaque plat une histoire à découvrir.