Benedetta Parodi: «Mon rêve Bake Off et le dessert « dîner saver »»

La Cucina Italiana

Benedetta Parodi écrasant: «Je vais te dire le mien Patisserie rêveur et le doux « save dîner »». L’écrivain et présentateur débarque dans nos cuisines de la rédaction pour une fabuleuse journée sur le tournage de La cuisine italienne et nous donne un aperçu de l’émission culinaire Bake Off Italia, des bonbons au four de la BBC, produit par Banijay Italia, qui revient avec la onzième édition du vendredi 8 septembre en prime time sur temps réel (canal 31).

Mais en plus de Benedetta Parodi, surprise, nous avons accueilli le trio des juges pâtissiers les plus aimés et les plus célèbres d’Italie composé de Ernst Knam, Damiano Carrara Et Tommaso Foglia cuochi per un giorno di La Cucina Italiana, per un servizio ad alto tasso di dolcezza: i quattro giudici si sono infatti cimentati per noi nell’esecuzione di 3 torte di alta pasticceria in esclusiva per il giornale: trovate le ricette nel numero di settembre, maintenant en kiosque.

Maurizio Camagna

Il manquait juste Clélia D’Onofrio qui continuera à être présent tout au long du programme dans la partie dédiée aux archives historiques des bonbons testés.

Mais que va-t-il se passer cette année ? Le thème sous-jacent de cette nouvelle édition sera le rêve : les 16 aspirants pâtissiers auront l’opportunité de transformez votre rêve en réalité participer au défi de Patisserie. Je suis 15 épisodes prévuschacun caractérisé par les 3 défis classiques : le test créatifle essai technique et cela à surprendreau cours de laquelle ils devront démontrer, comme à leur habitude, leurs compétences et connaissances en pâtisserie classique et moderne.

Comme toujours, le titre est à gagner Meilleur pâtissier amateur ou pâtissier d’Italie qui sera couronné un Villa Borromée d’Adda, à Arcore (MB). En toile de fond, une scénographie inspirée d’un paysage luxuriant jardin de citrons.

Parmi les surprises, il y aura une compétition extérieure très particulière : nous nous déplacerons également à Trente pour un externe au Muse, le musée dédié à la nature et à la science. «Pour affronter au mieux l’épreuve, les concurrents auront l’occasion de s’inspirer de la voûte céleste avec une visite à l’observatoire astronomique Terrasse des Étoiles (Viote), une coupole d’acier, au milieu d’une nature intacte. »

Maurizio Camagna

Benedetta, parle-nous de tes coulisses : que fais-tu pendant les pauses de travail sur le plateau ?
«Il arrive parfois que les jurés échangent des conseils professionnels. Parfois, les rouleaux et les défis sont tournés. Et puis, à la fin de l’épisode, Damiano est le premier à s’échapper : il prend les voitures électriques fournies par la production pour nous déplacer dans le parc de la villa, et entre dans les loges, nous laissant tous bloqués. On reste là avec un pouce du nez. Il est déjà à Lucques. C’est un gag maintenant. »

Quelle histoire vous a le plus marqué parmi toutes ?
«Je me suis passionné pour un concurrent français et sa façon de cuisiner, et pour un concurrent chinois, très passionné de desserts à l’assiette, comme Tommaso Foglia. Grâce à elle nous avons découvert une délicieuse utilisation des épices et des arômes que nous ne connaissons pas encore : c’était très intéressant. On apprend toujours quelque chose de nouveau, même des concurrents : c’est aussi la beauté du programme. »

Quel est votre dessert préféré, parmi les nombreux que vous avez goûtés ?
« Certainement la tarte aux pommes : je la mange et je la cuisine de toutes les manières. Que ce soit sous forme de tarte tatin ou classique, comme celle de ma grand-mère, peu importe : cela a toujours été une de mes passions. En réalité, dans notre famille nous n’aimons pas les desserts : nous ne manquons jamais d’agnolotti. Mais la tarte aux pommes de grand-mère Carla met tout le monde d’accord. »

Babà d’été de Tommaso Foglia en exclusivité pour La Cucina ItalianaMaurizio Camagna

Cette fois tu es allé dans un musée
«Le thème était le cosmos. Nous sommes allés au musée des sciences de Trente et les pâtissiers ont préparé des desserts très, très spéciaux qui vous raviront. »

Qu’avez-vous appris en voyant ces grands pâtissiers à l’œuvre pendant tant d’années ?
«J’ai appris beaucoup de choses à faire, mais aussi à ne pas faire. Et surtout résoudre des situations impossibles : réaliser des gâteaux qui semblaient impossibles à réaliser ou sauver une crème déchirée. Et puis la loi du contraste : là où il y a du sucré, il doit y avoir de l’aigre. Si vous vous concentrez sur une saveur, vous devez savoir l’équilibrer avec son contraire. Si vous utilisez de la mangue, par exemple, vous devez également utiliser du fruit de la passion, peut-être du citron vert et, pourquoi pas ?, du piment. Vous rendez toutes les saveurs beaucoup plus intéressantes.

Comment sont vos collègues ?
«Ernst Knam est adorable. Dans les situations émouvantes, par exemple, c’est lui qui pleure toujours : il donne l’idée d’être fort, mais c’est loin d’être le cas. De plus, je pense qu’il est la personne la plus généreuse au monde. Damiano est le plus dynamique, joueur : quand on va déjeuner il s’entraîne ! Tommaso est vif, mais calme »

Le gâteau Framboise préparé par Damiano CarraraMaurizio Camagna

Mais elle est aussi en super forme : comment fait-elle ?
«Depuis Pâques, je suis au régime (des rires, éd.). Je déteste ceux qui disent qu’ils ne font rien. Pour rester en forme, il faut être régulier : je m’entraîne une demi-heure par jour et ensuite j’essaie de bien manger, juste pour me sentir bien. J’aime manger, mais aussi cuisiner, et je n’abandonne pas. »

La course est très longue et on ressent par moments une certaine tension : comment consoler les concurrents ?
« Oui, c’est vrai : il arrive que les desserts n’arrivent pas après les heures de travail. Puis le désespoir s’installe. Dans ces cas-là, j’essaie d’encourager les concurrents en leur expliquant que quelque chose peut toujours survenir et qu’il est possible d’y remédier d’une manière ou d’une autre. Je compare ces moments à la vie : même si quelque chose ne va pas, il faut se relever, même pour les personnes proches. Je pense à ceux qui sont parents, comme moi par exemple : on ne veut pas montrer à ses enfants qu’on abandonne, mais on veut leur montrer qu’on peut se relever. »

Après 11 ans, qu’est-ce qui vous étonne encore dans ce programme : vous n’en avez pas marre ?
«Pas du tout parce que chaque année Patisserie c’est nouveau : réaliser des desserts est quelque chose de magique. Je ferais ce programme pour toujours, en fait je l’espère. »

Les écoles reprennent le 12 septembre : quelle est la vôtre ? collation idéal?
«Ma mère ne l’a jamais fait pour moi ! Cependant, si je pense à l’un de nos classiques, je pense à grand-mère Carla qui nous préparait du pain et de la confiture, avec la confiture qu’elle préparait. Je l’ai fait avec mes enfants : les collations étaient toujours du pain et du jambon ou du pain et de la confiture. Ou un gâteau fait maison.

L’automne à Milanla création d’Ernst KnamMaurizio Camagna

Elle est célèbre pour ses recettes maison. Comment se rattraper quand on n’a pas le temps de préparer le dessert ?
« J’ai mon sweet dinner saver, c’est très simple ! Gardez toujours un pot de bonne glace à la vanille ou à la crème et des baies surgelées à la maison, si vous n’en avez pas de fraîches évidemment. En quelques minutes seulement, vous préparerez un dessert festif que presque tout le monde aime.
Tout ce que vous avez à faire est de faire revenir les baies avec quelques cuillères de sucre pendant 2-3 minutes. Ils doivent devenir mous, mais conserver leur consistance. Placez 2-3 boules de glace dans une belle tasse, complétez avec quelques cuillerées de baies chaudes et apportez à table.

Ronan Il Quadrifoglio
Ronan Il Quadrifoglio

Ronan, rédacteur pour Il Quadrifoglio, marie sa passion pour la cuisine italienne à un style rédactionnel riche et captivant. Expert en tendances culinaires, ses articles offrent une immersion gustative unique, faisant de chaque plat une histoire à découvrir.