Combien coûte une pizza aujourd’hui ? Voici les prix des aliments les plus chauds

La Cucina Italiana

Les fabricants de pâtes alimentaires qui, malgré la situation dramatique à laquelle ils sont confrontés avec l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement (+ 90% blé dur, + 500% d’énergiesans compter le doublement des coûts d’emballage et de transport), tentent d’absorber une grande partie de l’augmentation incontrôlée des coûts de production, en minimisant l’impact sur le consommateur.

Quelles sont les augmentations dans les bars et restaurants ?

Pour faire face à la augmentation des factures et les prix des matières premières sont aussi des bars et des restaurants, c’est pourquoi sortir manger demande plus d’argent et peut-être même plus dans les mois à venir.
Par le biais des médias sociaux, certains propriétaires de pizzerias ont fait savoir qu’ils étaient obligés de augmenter les prix de leurs menus. Et il y a plusieurs cas de restaurateurs qui ont affiché des pancartes à l’extérieur des locaux avec les dernières factures payées.

Les tarifs s’ajustent donc aux augmentations, mais sans vraiment refléter la situation désastreuse actuelle. En moyenne, la différence est de 50 centimes à environ 1 ou 2 euros au maximum.

Combien coûte une pizza aujourd’hui ?

Une chose est sûre, les prix des produits de base ont flambé… plus que la pizza !
Pensez à la mozzarella (+ 25 %) et aux tomates San Marzano (+ 50 %). L’huile d’olive extra vierge et le transport ont également augmenté de près du double.

Il l’avait déjà précisé dans cet article sur le prix de la couverture Paolo Piacentinifondateur des pizzerias Tête de mule de Milan.

La pizza Margherita, l’un des plats les plus appréciés des Italiens, coûtera en moyenne environ 1 euro de plus cet automne/hiver.

Alors que la consommation baisse sur beaucoup de choses, les Italiens en général ne renoncent pas à sortir manger une bonne pizza.
En fait, la pizza a toujours été le plat réconfortant par excellence des Italiens, et jamais comme à cette époque elle n’est limitée dans sa consommation, aussi parce qu’elle reste toujours un plat démocratique et abordable pour tous.

Aussi Guillaume Vuolocélèbre pizzaiolo napolitain arrivé à Vérone en 2018 avec sa pizzeria Guglielmo et Enrico Vuolo, récemment dans le nouveau siège de Corso Milano 203, grâce à son expérience de 5 générations, il ne se soucie pas de la perception que ses clients peuvent avoir sur les hausses de prix et est confiant dans leur compréhension.

Bien sûr, ceux qui ont fait de la qualité un cheval de bataille comme lui sont plus en difficulté, voulant rester fidèles à leurs fournisseurs. Vuolo est en effet célèbre pour son excellent carte de tomates qui donne naissance aux menus à la carte de marinara et Margherita, où la différence se fait par les sélections des meilleurs ingrédients, comme les tomates de San Marzano, Piennolo del Vesuvio ou Corbarino.

Comme Guglielmo nous l’enseigne, travailler avec petits producteurs d’excellence, également écrasé par la crise « Nous devons faire un effort supplémentaire pour continuer à les accompagner et pouvoir proposer le meilleur des produits au consommateur final, sans compromis ». Dans cette optique, il est donc inévitable d’augmenter (même légèrement) les tarifs.

Ces augmentations, si vous y réfléchissez bien, sont très faibles et sans commune mesure avec le coût des augmentations de prix auxquelles les restaurateurs doivent faire face. Ils ne sont qu’un petit signe, dans une mer d’incertitude.