Cresson, cassone et piadina : quelles différences ?

Cresson, cassone et piadina : quelles différences ?

Et connaissez-vous les différences ? Voici les plats les plus célèbres de la tradition culinaire de rue d’Émilie-Romagne dans leurs variations et distinctions. Découvrez-les avec nous !

Commençons par les distinctions. Les cresson il ne faut absolument pas le confondre avec le piadina, même si les deux sont des plats typiques deÉmilie Romagne et ils ont en commun la recette de la pâte. Disons que le cresson peut être défini comme un cousin de la piadina et vice versa : ces deux délices sont pourtant un véritable must en termes de Cuisine de rue italienne.

Y a-t-il des différences entre la piadina et le cresson ?

Entre la piadina et le cresson, il y a une nette différence non pas dans les ingrédients, mais plus dans la façon dont ils sont farcis et cuits. Commençons par la pâte qui est la même pour les deux : eau, farine, saindoux et sel, qui s’étale ensuite en forme de disque. Le cresson reste plus fin que la piadina : il est ensuite farci, puis replié sur lui-même en forme de croissant et resserré sur les bords avec les dents d’une fourchette (on dirait un peu de gros tortelloni farcis). Le cresson et la piada sont tous deux cuits sur un plateau.
piadina au lieu de cela, il est farci après la cuisson. Puis la moitié de la piadina est bourrée et repliée sur elle-même pour former, là aussi, un croissant. Attention : les bords de la piada sont ouverts et vous pouvez la remplir comme bon vous semble !

Oui mais… cascione, cresson ou cassone ?

Est entre cresson, cassone et cascione y a-t-il une différence ? En fait non, c’est la même chose. La façon d’appeler ce plat varie selon la région dans laquelle il se trouve, en se déplaçant vers Rimini, l’appellation cassone est utilisée, tandis qu’en allant vers Ravenne, on l’appelle plutôt cresson. Le nom cresson dérive du légume homonyme utilisé à l’origine pour le remplir, même si au fil du temps les variations sont devenues si nombreuses. Il faut dire que la recette typique reste l’originale : l’herbe cresson, ail, échalote et oignon. L’herbe de cresson, peu commune aujourd’hui, autrefois elle poussait abondamment le long des fossés. Cette coutume découle de la large utilisation qui a toujours été faite des herbes dans la cuisine romagnole.

Petite note historique

La piadina, considérée par Giovanni Pascoli comme « le pain, en effet la nourriture nationale des Romagnoli », a des origines très anciennes. LES Romains ils la connaissaient déjà. La première trace écrite de la piadina semble remonter à l’année 1371. Dans la Descriptio Romandiolae, le cardinal légat Anglico de Grimoard fixe pour la première fois la recette : « Elle est faite avec de la farine de blé trempée dans de l’eau et assaisonnée de sel. Il peut aussi être mélangé avec du lait et assaisonné d’un peu de saindoux ».