Les 10 aliments que les nutritionnistes évitent de manger

La Cucina Italiana

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’ils étaient les 10 aliments que les nutritionnistes évitent de manger? Essayer de suivre une alimentation équilibrée est l’une des stratégies gagnantes pour rester en forme et acquérir et préserver la santé au fil du temps. Les habitudes alimentaires, comme le souligne un article moi aussi’AIRC, Au fil des années, les taux de surpoids ont augmenté pour près de 60 pour cent de la population, dont un tiers souffre d’obésité. Des maladies telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et certaines formes de cancer sont associées à ces problèmes. Excéder et mettre fréquemment sur la table certains aliments augmente le risque d’en souffrir. Mais quels sont les 10 aliments que les nutritionnistes évitent de manger ? Voici la liste ci-dessous que nous avons établie à partir des réponses d’un groupe d’experts en nutrition.

1. Fruits au sirop

Parmi les 10 aliments que les nutritionnistes évitent de manger figurent les fruits au sirop, ainsi que les fruits exotiques comme la mangue et la papaye. «Par rapport aux fruits frais, ces aliments sont plus riches en glucides comme le glucose et le fructose, qui en excès augmentent les risques pour la santé et pour la silhouette», dit-il. Laura Ferrerochirurgien médical spécialisé en sciences de l’alimentation.

2. Frites

« À la maison comme à l’extérieur, j’évite autant que possible de manger des frites », dit-il. Francesca Berettabiologiste nutritionnel et auteur du livre Le cholestérol en baisse. Le nouveau régime méditerranéen pour réduire le cholestérol. « Les frites sont riches en graisses saturées et en acides gras trans, connus pour augmenter le mauvais cholestérol (LDL) dans le sang et le risque de développer une maladie cardiaque. De plus, ils sont souvent pleins de sel, ce qui facilite l’augmentation de la tension artérielle et la rétention d’eau. »

3. Yaourts aux fruits et aromatisés

Parmi les 10 aliments que les nutritionnistes évitent de manger, il y a aussi les yaourts aux fruits et ceux aromatisés à la vanille, à la noix de coco, à la pistache, etc. «Ces aliments, même dans les versions «0% de matière grasse», sont très riches en sucres simples ajoutés pour les rendre plus appétissants, ce qui les rend comparables à un dessert», dit-il. Federica Patrinicola, biologiste nutritionnel qui s’occupe de l’éducation alimentaire. «Je privilégie généralement les versions «blanches et entières» et pour corriger le goût acide, j’ajoute un filet de miel ou des fruits frais coupés en morceaux» suggère l’expert.

4. Produits laitiers légers

Levez la main si vous n’avez pas mis de la mozzarella légère classique dans votre panier au moins une fois dans votre vie. Pourtant, même les produits laitiers en version « allégée » font partie des 10 aliments que les nutritionnistes évitent de manger. La raison? «Ces produits, en plus de faire des différences nutritionnelles vraiment négligeables en termes de kilocalories, ont un pouvoir rassasiant plus faible qui nous pousse à en consommer plus, également grâce à l’alibi du « mais c’est léger quand même ». C’est pour cette raison que j’essaie de les éviter », explique la nutritionniste Federica Patrinicola.

5. Plats cuisinés

Lorsque l’on dispose de peu de temps pour cuisiner, les plats cuisinés sont la solution pour économiser le déjeuner et le dîner la plus souvent utilisée, mais ils ne doivent être consommés que très rarement. En fait, ils font également partie des 10 aliments que les nutritionnistes évitent de manger. «Les entrées prêtes à l’emploi que vous achetez au supermarché, par exemple, peuvent être excessivement riches en graisses, en sel, mais aussi en additifs et conservateurs, moins il y en a dans votre alimentation quotidienne, mieux c’est pour la santé», dit-il. Simona Santinibiologiste nutritionnel et docteur en génétique et biologie cellulaire, auteur du livre Le régime des saisons. «Au contraire, ils sont souvent pauvres en fibres et en micronutriments qui distinguent plutôt le produit frais».

6. Margarines

«Utilisée pour remplacer le beurre, notamment par ceux qui suivent un régime végétalien, la margarine est riche en graisses hydrogénées qui favorisent les processus inflammatoires, prédisposent aux maladies cardiovasculaires et augmentent les niveaux de mauvais cholestérol LDL, augmentant ainsi les risques pour la santé», explique la nutritionniste Simona Santini.

7. Francfort

«Les würstels sont des produits de très mauvaise qualité obtenus à partir de viande séparée mécaniquement des carcasses. Ce sont donc principalement des déchets qui sont ensuite « pressés » et auxquels sont ajoutés des arômes, des additifs, des conservateurs, des colorants, qui n’ont pas grand-chose à voir avec une alimentation saine et j’essaie de les éviter », explique la nutritionniste Simona Santini.

8. Bonbons

« Les bonbons sont riches en sucres simples, édulcorants et colorants. De plus, leur consommation peut endommager les dents, car les sucres constituent un environnement idéal pour la croissance des bactéries responsables de la carie dentaire », explique la nutritionniste Francesca Beretta.

9. Snacks & Co.

« Les desserts emballés, comme les croissants, les beignets et toutes les collations, sont souvent préparés avec des farines raffinées, des gras trans et des sucres ajoutés. Ces ingrédients contribuent à créer des pics glycémiques dans le sang et à déposer du cholestérol et des graisses dans les artères, augmentant ainsi le risque de maladies métaboliques et de pathologies du système cardiovasculaire », explique la nutritionniste Francesca Beretta.

10. Charcuteries et saucisses

«Les charcuteries comme les saucisses, le bacon et le salami sont riches en graisses saturées, en sodium et en conservateurs comme les nitrates et les nitrites. La consommation régulière de ces aliments est associée à un risque accru de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux et de cancer, notamment du côlon », explique Francesca Beretta. «Ces aliments sont en effet de la viande transformée qui relève de la groupe 1 de substances cancérigènes, en plus d’être riche en sel et en graisses saturées », explique la nutritionniste Simona Santini. «Même dans ce cas, mettre sur la table la version «légère» change peu l’effet sur la santé, c’est pourquoi même lorsqu’il s’agit de charcuterie maigre comme la bresaola et la poitrine de dinde, j’essaie de les mettre sur la table seulement de temps en temps» » déclare la nutritionniste Federica Patrinicola.