L’été italien à Campo di Giove, la perle des Abruzzes

L'été italien à Campo di Giove, la perle des Abruzzes

Les merveilles de la nature et les produits de Campo di Giove, au pied du versant sud-ouest de la Maiella. Entre vues romantiques et saveur ancienne qui cohabite, dans la pureté, avec la modernité

Une perle de montagne, mais toujours une perle. La perle des Abruzzes, Champ de Jupiter. Situé entre les plus célèbres Roccaraso et Sulmona, liés par un fil mince aux histoires de nombreuses et nombreuses vies qui ont passé par là. Et qu’ici ils nous ont laissé de nombreux et nombreux souvenirs, mêlés à de nombreux morceaux de cœur. Un village aux mille âmes où, selon le mythe, même Jupiter se reposait. Et si le dieu de tous les dieux l’a fait, eh bien, pourquoi ne devrions-nous pas et ne pourrions-nous pas ?

Au milieu du Parc National, à l’ombre de la Maiella, où la mythologie revient au profil de Maia, la plus enchanteresse des Pléiades, qui s’étendait là et se reconnaissait précisément dans le profil de la montagne. Un enchantement à mille mètres d’altitude où tout le beau, tout le bon et presque un autre temps semblent s’être donné un merveilleux rendez-vous. En été ou en hiver, au soleil ou à la neige : entre goût, émerveillement et bonheur.

Le chemin de la nourriture, où manger

C’est comme remonter le temps, c’est comme s’asseoir à la table de nos grands-mères le dimanche. Dans certains cas, avec une touche du troisième millénaire. Mais de toute façon et dans tous les autres, avec la même tradition immortelle, agrémentée de quelques très peu de kilomètres. Du zéro kilomètre en fait. Issu des meilleurs produits des agriculteurs, éleveurs, de cette terre généreuse.

Le sentier gastronomique part de la place légendaire, où autour de la fontaine et d’une belle œuvre d’art de vélo rouge, Ilaria Verna dans son L’atelier de Lilli il ne sert que des vins naturels. Par exemple, un Montepulciano des collines de Pescara (Pianella), du seul cépage rouge des Abruzzes. A côté se trouve une planche à découper qui est un triomphe du kilomètre zéro et de l’excellence locale: grain de mouton (âgé de 30 mois), ferratella salée avec cacio marcetto di Castel del Monte, aliment de base du jambon vieilli dans la grotte (de la région de Torano), et ventricina teramana tartinable. Des produits naturels et frais, directement issus du projet Sauver la Terre de Angelo Angelini.

A deux pas de l’apéritif, l’un des repaires emblématiques de l’excellente table Campo di Giove : L’ancienne source par Tonino Villani : 69 ans, originaire d’ici, il dirige son restaurant avec sa femme Luisa Capaldo depuis plus de quarante ans. Il sourit toujours, a en même temps l’air du père et du grand-père de tout le monde, et prépare une pappardella au sanglier, strictement maison, qui franchement il n’y en a pour personne. À ne pas manquer également, les cazzarielli, une autre pâte super artisanale qui pétrit tous les jours, avec toujours des haricots borlotti et absolument zéro kilomètre.

Un peu plus loin, il y a Massimiliano Colelli, avec sa femme Rossella Di Fiore, des jeunes, mais déjà membres de l’Alliance des Chefs Slow Food. La pantoufle de Vénus en réalité, il est né comme une pizzeria, mais grâce à un investissement colossal de formation et de passion, il devient rapidement l’un des points de référence non seulement du village, mais aussi de toute la région environnante. Les « Ubriacati di Solina », la sagnette de blé de montagne et de farine empilée de Montepulciano, font l’amour avec des asperges, des tomates datterino dorées et du bacon croustillant. Et surtout : ils vous font tomber amoureux. Il convient également de noter la sélection de viandes; particulièrement tentant est l’agneau IGP des Abruzzes avec du fromage, des œufs et une base veloutée de courgettes.

Pizza Fried Inn Fonte Romana.  Photo de Matteo Marfé.
Pizza frite de la maison d’hôtes Fonte Romana. Photo de Matteo Marfé.

De l’autre côté du pays, cependant, La cheminée par Nicoletta Marcucci. Nicoletta, pendant le confinement, a inventé les « aboiements ». Une merveille de pâtes maison qu’elle mélange elle aussi avec des asperges, du bacon, des chips de bacon et une pluie de poivre noir. Dans le monde des seconds plats, les braises sont toutes parfaites, la viande cuit encore sur les pierres de la table, mais ce sont surtout les arrosticini qui ressortent, une légende totale dans ces contrées.

A quelques pas, la première structure d’hébergement de Campo di Giove : le Maison d’hôtes du Belvédère. Il existe depuis les années 1950 et est pratiquement depuis géré par la guerrière Virginia Santilli et son fils Gino D’Angelo. Elle est née pour accueillir les nobles romains, qui fréquentaient ces géographies pour les saisons de chasse. Il grandit et devient grand, grâce à Gino, qui épouse la tradition des plats locaux, mais qui surprend aussi. Entre mille autres choses, avec sa morue, qui en réalité était déjà assez répandue dans le passé en raison de sa capacité à se conserver entre le sel et le froid. Il le présente agrémenté de la truffe scorzone, qui en hiver devient noire, encore plus précieuse et précieuse, encore plus intense et forte en saveur.
Arrêt incontournable, même et surtout sans être noble et encore plus sans aller à la chasse. Pratiquez que grâce au Parc National, ici est déjà fermé et archivé depuis un moment.

En dehors du centre, mais à la verticale entre verdure et ruisseaux, enfin, la ferme Agrivella par Eva Vella. Plus de vingt ans de produits parfaits et faits maison. Obligation morale : se perdre dans les pâtes Boscaiola faites maison, agrémentées de porc frais, de champignons composés principalement de cèpes et de chiodini, de poivre à volonté et d’un généreux hachis de légumes variés.

Pour conclure, de retour sur la place, à la recherche du dernier joyau, incontournable et presque imprévisible. Sa Majesté la pizza frite, avec de la charcuterie et des fromages locaux et, bien sûr, avec un clocher et Maiella en arrière-plan. Au Maison d’hôtes Fonte Romana, avec Raffaele Verna qui joue le rôle du héros.

A la recherche de la paix, où loger

Il y a des installations plus grandes, dont une avec piscine. Mais de meilleures chambres un peu plus petites, mais beaucoup plus récentes, remplies du charme de toutes ces montagnes. Le bon homme est Gaetano D’Amico, l’endroit s’appelle B&B Il Vecchio Lupo.

«À ma mère, à mon père.
Qui dorment, mais vivent en quelque sorte, à l’ombre de ces montagnes, juste sous ce ciel, ici ».

Ronan Il Quadrifoglio
Ronan Il Quadrifoglio

Ronan, rédacteur pour Il Quadrifoglio, marie sa passion pour la cuisine italienne à un style rédactionnel riche et captivant. Expert en tendances culinaires, ses articles offrent une immersion gustative unique, faisant de chaque plat une histoire à découvrir.