Longévité et sucres : quelle relation ? Filippo Ongaro répond

La Cucina Italiana

L’espérance de vie dépend à 25% de la génétique, le reste de notre mode de vie, et donc surtout de l’alimentation. Entre longévité et sucres, en particulier, il existe un lien étroit. « Notre corps n’est pas préparé au cours de l’évolution à gérer une forte dose de sucre », explique-t-il. Filippo Ongaro, le premier Italien certifié en médecine fonctionnelle et anti-âge aux USA, auteur de divers livres dont Mission longévité (Sperling et Kupfer). « Les métaboliser demande beaucoup d’efforts une surcharge de travail pour l’insulineavec le risque qu’il ne fonctionne plus et se développe résistance à l’insuline. Les pics d’insuline accélèrent glycation: processus biochimique qui conduit à une inflammation et aux maladies chroniques qui en résultent, déterminant en même temps une avancée soudaine de lavieillissement», explique Ongaro, qui a également été pendant des années médecin des astronautes de l’Agence spatiale européenne.

Longévité et sucres : le problème, c’est l’excès

Après des années de tendances dictées par des régimes de toutes sortes, parfois même très singuliers, tous les experts s’accordent désormais pour concentrer l’attention sur les sucres, et précisément en raison des changements glycémiques et donc métaboliques et inflammatoires conséquents qu’ils peuvent provoquer. Cela ne signifie toutefois pas que les sucres doivent être complètement éliminés de l’alimentation.. «Il faut toujours trouver un équilibre. Je me concentre depuis un certain temps sur les sucres et les stratégies pour les réduire dans mon travail, mais il semble que maintenant cela va trop loin. Le problème, ce sont toujours les excès : si vous mangez un dessert de temps en temps, il n’y a pas de problèmes. Si le dessert est la règle, ainsi que d’autres sources de sucre comme les boissons gazeuses, alors le problème existe et doit être résolu. » Et évidemment, il ne s’agit pas seulement de desserts : « Lo il en va de même – continue le Dr Ongaro – pour les protéines et les graisses: aucun excès n’est bon pour notre santé et donc pour notre espérance de vie. »

Combien de sucre par jour n’est pas mauvais

N’exagérez pas, mais ne généralisez pas non plus : «L’OMS affirme que les sucres devraient représenter au maximum 10 % de votre apport calorique quotidien.mais certaines distinctions doivent être faites », précise le Dr Filippo Ongaro.

Quels sucres sont mauvais pour vous

La première distinction concerne le type de sucres, car ils n’ont pas tous le même effet. «Par exemple, le sucre du miel a le même effet métabolique que le miel raffiné, mais il est riche en nutriments que le miel raffiné ne possède pas. Les fruits contiennent donc des fibres en plus du fructose, qui est un sucre, mais un fruit entier en contient une quantité qui peut être tolérée. Ensuite, il y a un autre niveau, c’est-à-dire les glucides qui stimuler l’insuline en fonction du taux de sucre qu’ils contiennent: les pâtes blanches ont le même impact que le sucre raffiné sur l’insuline, tandis que la version complète est moins agressive. Enfin, je ferais attention aux sucres contenus dans les boissonssur tous les gazéifiés, mais aussi sur l’alcool : ce sont des calories vides, qui n’apportent pas d’énergie, mais provoquent des pics de glycémie. »

Comment brûler les sucres

La deuxième distinction concerne un autre aspect essentiel : l’activité physique. «Il est temps de parler de nutrition tout en parlant d’activité physique. C’est comme avoir une voiture sans pneus : un mode de vie sain ne peut ignorer le sport. Et évidemment, la même consommation de sucres a un effet différent sur une personne qui le fait et les brûle, et sur celle qui mène une vie sédentaire », poursuit le Dr Ongaro.

Comment comprendre si vous mangez trop de sucre

Après tout, notre corps nous avertit que quelque chose ne va pas et envoie parfois des signaux. «Ils ne sont pas très nombreux, du moins pas visiblement. Un indice peut être la fatigue: lorsque vous avez de nombreux moments de fatigue au cours de la journée, cela peut être dû à une baisse de la glycémie», explique Ongaro. Là Le test décisif, ce sont les tests de laboratoire. «Les valeurs de l’hémoglobine glyquée et de l’insuline, ainsi que la glycémie, doivent être mesurées périodiquement pour faire une évaluation complète».

Comment réduire les sucres

En attendant, il est possible de la prévenir, non seulement en faisant du sport, mais aussi en réduisant, étape par étape, notre consommation globale de sucres. «Ceux qui suivent normalement un régime riche en sucres devraient réduisez-les progressivement pour éviter le risque de vivre des moments de grande fatigue ce qui pourrait les amener à revenir sur leurs pas. Mon conseil est de penser à votre journée type et de la supprimer petit à petit : enlevez les boissons gazeuses, puis le croissant tous les matins, puis la cuillère à café de sucre de votre café, en augmentant simultanément les fruits, les légumes, les céréales complètes. » Au petit dejeuner en fait, une attention particulière doit toujours être portée. « Quant au petit-déjeuner, les desserts sans sucre conviennent parfaitement : une excellente alternative pour ceux qui n’aiment pas les petits-déjeuners salés. L’oscillation glycémique matinale est celle qui influence le plus le reste de la journée, c’est pourquoi il est important de la contenir. »

Combien d’années peut-on gagner en réduisant les sucres

En mangeant mieux, nous gagnons beaucoup : « L’espérance de vie de chaque individu ne peut être quantifiée en années, mais la science nous a fourni des données très rassurantes. Par exemple, conclut le Dr Ongaro, il existe une étude qui explique que une alimentation saine combinée au sport et à des méthodes de réduction du stress prolonge la vie d’au moins 25 ans. 25 ans de plus, il vivait bien, sans maladie. » N’est-ce pas déjà suffisant pour changer ?

Autres articles de La Cucina Italiana qui pourraient vous intéresser

-Comment vivre plus longtemps : les conseils du Dr Ongaro
-Longévité et nutrition : les 5 secrets de Mark Hyman
-Longévité : quel est le secret ?
Ronan Il Quadrifoglio
Ronan Il Quadrifoglio

Ronan, rédacteur pour Il Quadrifoglio, marie sa passion pour la cuisine italienne à un style rédactionnel riche et captivant. Expert en tendances culinaires, ses articles offrent une immersion gustative unique, faisant de chaque plat une histoire à découvrir.