Pain et salami : le snack le plus ancien

La Cucina Italiana

La collation la plus ancienne ? Pain et salami, une combinaison aussi simple qu’ancienne. Il nous le révèle, à l’occasion de Journée goûter le 17 septembrele Consortium pour la protection du Cacciatore italien, nom de scène du salami alla Cacciatora DOP, qui pour célébrer la primauté célèbre son histoire et révèle la formule, pour le préparer à la perfection.

Histoire du goûter

Mais quand est né le snack ? Le terme snack dérive du latin « simple » Qu’est-ce que ça veut dire « mériter», est né comme un aliment qui devait être mérité. Selon certaines recherches menées par un groupe d’enseignants du cours de licence en sciences alimentaires et gastronomie de l’Université San Raffaele de Rome, la première attestation historique de l’acte de grignoter s’est produite à l’intérieur d’un monastère du Haut Adige où les enfants qui étudiaient et mémorisé la Bible ont été récompensés par un biscuit savoureux, le bretzel ou bretzel, du nom latin « pretiola » qui signifie « récompense » ou « prix». Il semble qu’au XIXe siècle, la coutume de prendre une collation se soit répandue pour « récompenser » et restaurer les agriculteurs qui travaillaient dans les champs pendant de nombreuses heures au printemps et en été.
Avec eux la cinquantaine et le début du boom économique, lorsqu’une grande partie de la population commença à enrichir son alimentation quotidienne avec de petites collations intermédiaires, le goûter devint un rituel dédié aux enfants. Elle était célébrée avec la préparation par les mères ou grands-mères de savoureux snacks assemblés avec des produits locaux. Parmi les collations, c’était l’une des plus appréciées pain et salami, même si l’accompagnement restait encore un luxe. Les collations au pain, au vin et au sucre méritent également d’être rappelées ; pain et tomate : pain et huile : pain au chocolat ; pain et jambon; pain, beurre et sucre.

C’était au début du années soixante-dix que le snack traditionnel a été supplanté par collations industrielles. L’institution historique du snack a cédé la place, notamment en ville, à un snack plus petit qui minimise l’importance de l’événement et sa localisation temporelle et spatiale.

La formule pour le goûter parfait

Mais comment préparer le goûter idéal ? Ils nous l’expliquent Susanna Cutini Et Alex Revelli Sorinienseignants de cultures alimentaires et de politiques deUniversité San Raffaele de Rome qui, après diverses recherches, ont créé une « formule » pour évaluer l’indice du snack parfait. Vous pouvez tenter de calculer la valeur de votre collation parfaite en attribuant une note subjective entre 5 et 10 à chacun des éléments ci-dessous.

Biodiversité + Simplicité + Beauté + Bonté + Temps = Quantité x Convivialité = MP*

Biodiversité. «C’est une valeur d’un point de vue socioculturel et économique, au même titre qu’une œuvre d’art ou un bâtiment historique. Nous défendons le droit à la diversité et à l’éco-durabilité. Le salami de chasse, le pain et la saisonnalité des produits végétaux combinés sont le patrimoine et l’identité des différentes communautés, à protéger de l’érosion génétique et environnementale ainsi que de l’appauvrissement et de l’homologation culturelle ».

Simplicité. «Préférez les préparations simples, faites maison, avec quelques ingrédients authentiques».

Beauté. « Définir un snack comme beau ne signifie pas le juger uniquement sur son aspect esthétique. Une collation consommée dans un beau contexte multiplie sa valeur de façon exponentielle. »

Bonté. « Ce qui est bien, c’est ce qui peut générer des émotions qui parviennent à nos sens. Manger est l’acte le plus ancien et le plus intime qu’on puisse imaginer : quelque chose entre en nous, nous transforme et nous transforme, nous procurant également un bien-être sain car c’est bon. Chacun transforme ce qu’il mange de « bon à manger » en « bon à penser ».

Temps. « Prendre une collation sereinement permet de savourer les ingrédients qui la composent, il en faudra donc moins pour se sentir rassasié. Si l’on vise l’expérience gustative plutôt que la simple ingestion de calories, le plaisir sera intensifié par la lenteur. »

Montant. « Notre collation parfaite est inversement proportionnelle à la quantité de nourriture ingérée. Trop manger est mauvais, il faut être mesuré, c’est-à-dire frugal. Des études très récentes sur les voies génétiques du vieillissement et de la longévité, impliquées dans le métabolisme, confirment l’intérêt de la frugalité alimentaire. »

Convivialité. « Cela signifie « manger ensemble ». Sans convivialité, l’égoïsme est renforcé. Dire convivialité, c’est comme dire joie, bien-être et détente. Dans le langage courant, un type convivial n’est pas seulement quelqu’un qui mange en compagnie mais, plus généralement, une personne heureuse. Même Kant, champion d’une éthique rigoureuse et inflexible, théorise que le bien-être suprême de l’humanité est, en fin de compte, de bien manger en bonne compagnie. »

Sandwich au salami 4.0 : la recette du chef

De la théorie à la dégustation ? Le chef s’en occupe Nicolas Cavallaro qui a créé le « Perfect Sandwich », en suivant les indications nutritionnelles du Dr Evelina Flachi et en proposant cette garniture : sandwich blé complet avec salami accompagné par feuilles de laitue «pour donner du croquant à la bouchée», le tout harmonisé par un houmous de pois chiches«qui donne la partie crémeuse, donnant saveur et harmonie au sandwich, dont le résultat est un en-cas nutritif, complet et savoureux, qui respecte les règles nutritionnelles et la combinaison des différentes consistances».

Sandwich complet au salami et houmous
Ronan Il Quadrifoglio
Ronan Il Quadrifoglio

Ronan, rédacteur pour Il Quadrifoglio, marie sa passion pour la cuisine italienne à un style rédactionnel riche et captivant. Expert en tendances culinaires, ses articles offrent une immersion gustative unique, faisant de chaque plat une histoire à découvrir.