Party time : règles de base pour une fête réussie

La Cucina Italiana

Dans un cours de étiquette contemporainej’inaugurerais le leçon consacrée à fêteavec la projection de Fête hollywoodienne, le film hilarant de 1968 dans lequel Peter Sellers, accidentellement invité à une réception VIP, est le protagoniste d’une succession de gaffes mémorables, dont une main enfouie dans un bol de caviar et le lancement d’un pigeon rôti sur un toupet d’homme invité. Bien qu’il soit difficile d’arriver à de telles gaffes, même moi les faux pas abondentaussi parce que le terme parti, du français Parsqui signifie jeu, amusement, match, a de nombreuses nuances : du goûter au cocktail, dîner, garden party. Cependant, il s’agit toujours d’une réception debout où les invités se servent ou prennent à la volée petites bouchées des plateaux de voyage.

Les règles de base pour le succès de toute fête est que c’est le aussi encombré que possible; qu’il existe une riche mixité sociale parmi les convives (« pas de convives à une dimension ! » s’exclament les professionnels) ; qu’il n’y a pas de dress code strict (dans une grande ville on ne change pas de vêtements pour un cocktail à 19h30. Sous peine d’arriver après l’événement. Ceux qui le reçoivent, en revanche, sont tenus de s’habiller convenablement pour l’occasion). Excellente idée de trouver une excuse pour célébrer: c’est le solstice d’hiver; c’est le jour de l’entrée dans son signe du zodiaque ; est le National Potluck Day, qui célèbre le 20 janvier à Minneapolis ce nouveau rendez-vous convivial – né de la rencontre des étudiants à la maison, chacun apportant un plat – il est devenu aujourd’hui le prolongement chic et informel pour clore une soirée chez soi entre amis après une vernissage, une exposition, un concert.

Chaque fête a son propre timing. Rester une demi-heure est un bon laps de temps, à moins qu’un buffet à plusieurs plats ne soit également prévu. Si l’invitation précise : de 18 à 20, il serait extrêmement impoli d’arriver près de la fermeture. Si la fête est très nombreuse, il est permis de se présenter une demi-heure après l’heure indiquée.

Avec quelques gestes stratégiques : si vous voulez saluer calmement les invités, vous arrivez à l’heure (et ensuite vous pouvez partir tôt, sans répandre d’excuses élaborées) ; si vous voulez rencontrer le plus d’invités possible, vous arrivez en milieu de soirée ; aller au fond des choses, c’est comme dire « je suis là juste pour faire acte de présence ». Ceux qui invitent seront près de l’entrée cinq minutes avant l’heure indiquée et de nouveau vers la fin de la soirée afin de faciliter les salutations. Remerciertoujours, est un acte de courtoisied’autant plus facile aujourd’hui qu’un whatsapp ou un coup de téléphone suffit.

5 situations embarrassantes

Invitez-vous

Inadmissible. Échappatoire : l’irréductible essaie de se faire inviter en recourant à la disponibilité d’une connaissance invitée.

Se présenter avec une personne non invitée

Inadmissible. Échappatoire : essayez, en téléphonant à l’avance, avec des prétextes appropriés. Baisser les yeux.

Demandez si vous pouvez amener un ami

Très impoli. Vous pouvez oser en disant : « Tu sais, ce jour-là j’avais un ami qui passait, je ne sais pas si… ».

Demandez qui sont les autres invités

Inadmissible. Cela crée le soupçon que vous allez compter qui vous aimez et qui vous n’aimez pas accepter ou refuser.

Annuler au dernier moment

Admissible uniquement en cas d’urgence réelle. Celui qui organise, cependant, doit savoir que sur une trentaine d’invités, en règle générale, il y aura cinq ou six annulations.