Que cuisiner pour le déjeuner si la thyroïde fonctionne mal : 3 exemples de menus

Que cuisiner pour le déjeuner si la thyroïde fonctionne mal : 3 exemples de menus

Quels aliments choisir si vous souffrez d’hypothyroïdie ? Voici les plats sur mesure pour ceux qui sont aux prises avec ce trouble

L’hypothyroïdie est l’un des problèmes de la thyroïde le plus populaire. Les causes sont souvent une prédisposition génétique et la présence d’autres troubles, notamment thyroïdite Hashimoto chronique. En plus de prendre une hormonothérapie thyroïdienne, il est bon de faire attention à ce que vous mangez. « L’un des facteurs pouvant favoriser l’apparition de la maladie est le manque d’iode dans l’alimentation quotidienne, indispensable à la formation des hormones thyroïdiennes.« , explique Maria Rosaria Baldi, biologiste nutritionniste. « La première chose à faire en cuisine, donc, pour favoriser son fonctionnement est d’augmenter l’apport de ce micronutriment ainsi qu’avec les bons aliments, en choisissant du sel enrichi de ce minéral. Le sel iodé soutient la fonctionnalité de cet organe, qui est impliqué dans de nombreux processus corporels, notamment métaboliques.« , dit l’expert. Voici ce qu’il faut cuisiner pour le déjeuner si votre thyroïde fonctionne mal.

En plus du zinc, privilégiez également l’iode et le sélénium

Le zinc, l’iode et le sélénium sont des minéraux très importants pour le fonctionnement de la thyroïde. « Le zinc et l’iode contribuent à la production d’hormones thyroïdiennes, la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3). Le sélénium, quant à lui, grâce à son action antioxydante extraordinaire, défend la thyroïde du stress oxydatif, ce qui peut aider à réduire son fonctionnement, et intervient également dans la conversion de la T4 en T3 », explique la nutritionniste Maria Rosaria Baldi. « Au menu donc, oui aux céréales complètes sous forme de céréales, dont le riz et les pâtes, riches en zinc et sélénium, à l’oignon, l’ail, les champignons et le poisson, source d’iode par excellence ». Comme alternative au poisson, les légumineuses sont également bonnes quelques fois par semaine. « Les lentilles et les haricots sont des aliments riches en ces micronutriments« , explique l’expert. Ensuite, faites attention aux méthodes de cuisson. « Il faut privilégier celle à la vapeur qui garantit une moindre dispersion de ces précieux micronutriments ».

Des légumes? Les bio sont meilleurs

« Les légumes biologiques sont généralement cultivés sans l’utilisation de produits chimiques, dont les résidus peuvent interférer avec le fonctionnement de la glande thyroïde et affecter négativement le métabolisme de l’iode », explique l’expert. Quelles variétés choisir ? « Tous ceux qui sont de saison, limitant la consommation de choux, brocolis, navets et toute la famille des brassiceae, qui diminuent l’absorption d’iode », précise l’expert.

3 menus types pour le repas de midi

Pâtes d’orge de blé entier avec pois chiches, légumes de saison assaisonnés d’huile d’olive extra vierge.

Oeufs, salade de courgettes à l’huile d’olive extra vierge, pain complet.

Salade de hareng au four, laitue et roquette assaisonnée d’huile d’olive extra vierge, pain complet.