Sanremo 2024. Il Volo : Piero, Ignazio et Gianluca à table, en cuisine

La Cucina Italiana

Le vol fait partie des groupes italiens les plus connus à l’étranger et, malgré leur jeune âge, cette année
les 3 talentueux chanteurs fêtent leurs 15 ans de carrière internationale en revenant au Festival de Sanremo, événement qu’ils ont remporté en 2015 avec Grand amour et dans lequel ils se sont classés troisièmes du podium en 2019 avec La musique qui reste. Parlons de Piero Barone, Ignazio Boschetto et Gianluca Ginobleou les anciens enfants de Le vol inauguré par la dame de la « cuisine de midi », Antonella Clerici, en 2009 je te laisse une chanson. Les trois, en lice à l’Ariston avec la chanson Chef-d’œuvreils sont en pleine forme et se préparent à affronter la scène en suivant une routine nutritionnelle qu’ils ont consolidée au fil des années et qui leur permet de voyager à travers le monde sans soucis.

Comment Piero, Ignazio et Gianluca d’Il Volo restent en forme

Peu de transgressions et beaucoup de rigueur : tels sont les points forts de Piero Barone, le régime d’Ignazio
Boschetto et Gianluca Ginoble. «Dans notre vie quotidienne, nos déjeuners et dîners
ils sont très basiques : on mange du riz blanc, du blanc de poulet ou du saumon grillé accompagnés de
légumes grillés. Nous évitons autant que possible les graisses saturées et les sucres », confessent-ils
discuter avec nous de La cuisine italienne quelques jours après leur troisième participation au
Festival de la chanson italienne. «Même à Sanremo, nous suivrons ce régime sans lui
transgresser pour tirer le meilleur parti de la scène », poursuivent-ils. Les trois chanteurs passent ensuite au régime alimentaire
d’Il Volo sont accompagnés de « beaucoup de sport ». Ce n’est en fait pas un mystère qu’ils choisissent toujours de « rester
dans les hôtels avec salle de sport : on fait au moins trente minutes de course sur tapis roulant, puis des pompes,
abdominaux et exercices musculaires », comme ils l’ont révélé dans certaines interviews passées.

Ouvert aux cuisines du monde

Mais en tant que globe-trotters internationaux, les gars d’Il Volo n’ont pas peur des cuisines du monde.
Malgré le régime qu’ils se sont imposé pour rester en forme, ils sont gourmands et ils adorent ça.
découvrez les saveurs des plats typiques des pays où ils se produisent. «Quand nous voyageons, nous essayons tout ce que nous pouvons, nous ne sommes certainement pas comme ces Italiens qui cherchent des pâtes partout dans le monde. Et même pas parmi ceux qui disent qu’ils n’aiment pas quelque chose sans l’avoir d’abord goûté », sourient-ils. « Parmi les plats les plus étranges que nous avons décidé d’essayer figurent
certainement les méduses épicées que nous avons commandées au Japon où, par exemple, nous les aimons beaucoup
des sushis complètement différents de ceux qu’ils préparent en Italie.

L’amour d’Ignazio Boschetto pour la cuisine

Parmi les trois, il y en a un qui aime cuisiner : Ignazio Boschetto. «J’ai toujours beaucoup aimé
cuit. Je n’ai pas de plat phare, celui dans lequel je suis très bon, mais je ne me retiens de rien et je fais tout très bien », avoue-t-il. «Il y a quelques semaines à peine, en revenant de voyage, j’avais envie d’un risotto de langoustines à la burrata et je l’ai préparé sans rien laisser de côté : j’ai aussi fait la bisque avec tous les déchets de coquillages et le plat était délicieux», raconte-t-il. C’est peut-être pour cela que Piero et Gianluca se tournent vers lui lorsqu’ils ont besoin de conseils en cuisine. «Même quand ils doivent cuire un œuf» rit Ignazio.

Une passion pour les sucreries

Même ceux qui suivent un régime ont besoin de quelques transgressions de temps en temps. Pas à cette règle
Piero, Ignazio et Gianluca ne manquent pas l’écrit car ils choisissent définitivement les sucreries en raison de leur régime strict, « à condition qu’ils ne soient pas écoeurants comme les beignets que nous recevons toujours pour nos techniciens lorsque nous sommes aux États-Unis, et strictement sans lactose. parce que nous sommes tous les trois intolérants. » Chacun des trois a ses propres préférences. Ceux de Piero Barone vont aux « desserts végétaliens ». Comme je sais qu’ils ne contiennent pas de lactose, quand je suis dans un restaurant qui en a au menu, je ne m’en contient pas et je les commande tous », admet-il. Les desserts au chocolat, en revanche, sont les préférés de Gianluca Ginoble : « J’aime le gâteau au chocolat au cœur chaud ». Tandis que parfois Ignazio Boschetto s’offre une glace. Mais ce qui les unit tous, malgré leur intolérance au lactose, c’est le dessert italien par excellence : le tiramisu dont tout le monde est gourmand. «C’est celui-là», concluent-ils, «le dessert qui nous fait nous sentir chez nous après de longs voyages à l’étranger».