Tiramisu, recette originale : les 10 meilleures adresses du Nord-Est

Tiramisu, recette originale : les 10 meilleures adresses du Nord-Est

C’est le dessert italien le plus célèbre au monde. Mais aussi le plus discuté en termes d’auteur et le plus revisité par les chefs. Mais son histoire se situe certainement entre la Vénétie et le Frioul-Vénétie Julienne : voici où le trouver délicieux, dans la recette originale

Mais qui a inventé le tiramisu? Mieux vaut aller plus loin et ne pas stresser : comme pour beaucoup d’autres recettes populaires, la paternité n’est pas seulement à certifier (absolument), mais il y a un risque de dispute (et pas amicalement, dans certains cas). Car si l’on prend la côtelette milanaise, le débat – non résolu – que ce soient les chefs lombards qui se soient inspirés des autrichiens ou vice-versa, devient essentiellement transnational entre une grande cuisine (la nôtre) et une secondaire (la leur) et est moins intéressant. Mais dans le cas du Tiramisu, nous sommes à la guerre civile (culinaire) entre la Vénétie et le Frioul-Vénétie Julienne, qui a impliqué dans le passé des présidents de régions, des appels au TAR et des contestations publiques. Répartis entre ceux basés sur la codification de la recette en 1972 lorsque le Tiramesu (en dialecte de Trévise) figure à la carte du restaurant Le Beccherie à Trévise. Et de là a commencé la conquête du monde, jusqu’à ce qu’elle devienne l’une des recettes les plus cliquées sur Google et suscite le plus grand nombre de réinterprétations par les chefs.

L’Autriche l’a (peut-être) enseigné

D’autre part il y a les partisans des origines à Carnia, déjà dans les années 50 à l’hôtel Roma à Tolmezzo par Norma Pielli, comme une version modifiée de la Dolce Torino, présente au numéro 649 du volume légendaire La science en cuisine et l’art de bien manger par Pellegrino Artusi. Un livre de 2017, fort de recherches historiques faisant autorité, qui Tiramisù – Histoire, curiosités, interprétations du dessert italien le plus apprécié par Clara et Gigi Padovani, a donné une plus grande autorité à la thèse, trouver ses origines entre Gorizia et Udine, avec les premières versions à Pieris et précisément l’amélioration à Tolmezzo. En fin de compte, cela ne nous intéresse pas, aussi parce que – peu le savent – dans les cafés viennois, au milieu du XIXe siècle, l’une des collations les plus délicieuses était représentée par une tasse de génoise au café, de la crème au mascarpone avec de la crème et des flocons de chocolat, le tout recouvert d’une neige de cacao amer : l’ancêtre du tiramisu ? Cela se pourrait, en se rappelant que la Vénétie et le Frioul (jusqu’en 1866) et la Vénétie Julienne (jusqu’en 1918) faisaient partie de l’Empire austro-hongrois. Beaucoup plus important est la sélection de dix endroits dans le nord-est où vous pourrez l’apprécier au plus haut niveau, dans la recette originale.

Le Beccherie – Trévise

Dans l’environnement, c’est très différent – le restylage de 2014 l’a rendu très beau – du restaurant où (apparemment) la recette est née. Il est donc incontournable de déguster le « tiramesù delle Beccherie » aussi bien en version classique qu’en version « mauvaise » qui le propose dans une version gourmande et originale avec gelée de prosecco et poudre croquante.

Trevvisu Nascimben – Trévise

C’est la pâtisserie – qui fait partie d’une marque célèbre de la ville – qui combine le nom de Trévise avec son dessert le plus célèbre, où il est possible de déguster le tiramisu en trois types différents : classique, préparé avec la recette originale ; forte, revisité dans sa version de base avec un ajout de rhum ; et vegan, préparé sans ingrédients avec des dérivés d’origine animale.

Restaurant T’osti – Montebelluna (TV)

Ici le tiramisu suit les ingrédients classiques, mais en utilisant le savoyard sarde : il est préparé sur place, le rendant ainsi plus croustillant en bouche, car il saute l’étape de la marinade. Le biscuit est instantanément trempé dans du café froid (80% Arabica), le mascarpone est transformé à l’instant, les œufs sont rigoureusement pasteurisés.

Al Fogher – Trévise

Pour revendiquer le berceau du tiramisu il y a aussi ce restaurant qui en 1950, à l’occasion de la visite de la reine de Grèce, improvisa un dessert en son honneur, créant la « Coupe impériale » avec les mêmes ingrédients actuels. Aujourd’hui encore, le dessert à la cuillère est préparé ici selon l’ancienne recette et servi dans une tasse en verre.

L’oenothèque Toni del Spin – Trévise

Dans le centre historique, un lieu pour les amateurs de vin – la cave compte 800 étiquettes pour 16 000 bouteilles – où la cuisine exprime pleinement la Trevigianità : du pigeon sopa coada aux pâtes et haricots en passant par le radicchio. Et donc, il est obligatoire de conclure l’expérience culinaire avec un tiramisu dans la recette originale.

Riglarhaus – Sauris (UD)

Chalet en bois et pierre qui abrite un restaurant familial, avec comptoir réglementaire et foyer. En haute saison vous pourrez profiter de la terrasse. Cuisine basée sur les classiques carniques avec tiramisu qui suit la recette originale de Tolmezzo, suivie des restaurants participant au projet de la Chambre de Commerce de Pordenone-Udine.

Hostaria alla Tavernetta – Udine

Cadre chaleureux et agréable pour découvrir la cuisine traditionnelle frioulane : frico (fromage et pommes de terre), cjarsons (raviolis) et charcuterie sont quelques-unes des spécialités à déguster, accompagnées des vins d’une grande cave. A ne pas manquer également, le tiramisu : crème de mascarpone à la noisette et maison savoyarde.

Pâtisserie L’Oca Golosa – Gorizia

La pâtisserie la plus innovante de la ville, avec un style particulier dans ses productions. Parmi les spécialités se distinguent les travaux de cake design, mais aussi la partie salée est intéressante. La proposition ne peut manquer le tiramisu que les filles d’aujourd’hui préparent encore avec la recette familiale, jamais retouchée depuis 1965.

Trattoria Da Gianni – Gorizia

Quiconque se rend à Gorizia ne peut manquer de s’arrêter et de déguster les plats de ce restaurant régional du centre-ville. La carte est très variée, le plat symbole est la « ljubljanska », sorte de côtelette géante d’origine slovène, farcie de jambon cuit et de fromage. La grande gourmandise du tiramisu n’est pas surprenante.

Rosenbar – Gorizia

Un restaurant élégant et soigné, avec une carte attentive à la saisonnalité, aux produits locaux et aux Sentinelles Slow Food. Découvrez la Rosa di Gorizia aux frisottis, les sardines panées au radicchio et aux haricots, les gnocchis farcis aux prunes. Traditionnellement le tiramisu avec une veine très mousseuse et douce, qui accompagne une tasse de café bien fait.

Ronan Il Quadrifoglio
Ronan Il Quadrifoglio

Ronan, rédacteur pour Il Quadrifoglio, marie sa passion pour la cuisine italienne à un style rédactionnel riche et captivant. Expert en tendances culinaires, ses articles offrent une immersion gustative unique, faisant de chaque plat une histoire à découvrir.