Le cuzzetiello napolitain : quand la tradition devient mode

Le cuzzetiello napolitain : quand la tradition devient mode

Avez-vous déjà entendu parler du napolitain Cuzzetiello ? Pour être honnête, ça s’écrit comme ça mais, le napolitain Cuzzetiello, se prononce « couztiello« , Et vient de ce rituel culinaire napolitain de tremper le pain fait maison dans le ragoût du dimanche pendant qu’il est encore pippiando (bouillant). Cela rappellerait la chaussure classique qui est faite pour nettoyer l’assiette après un repas. Mais ici c’est tout le contraire, car le Cuzzetiello napolitain, selon la tradition, se déguste avant de se mettre à table, généralement le dimanche matin, lorsque le ragù ou la génoise sont en phase finale de cuisson. Une fois la mie retirée d’une extrémité du « palatone », la croûte croustillante de l’extrémité du pain devient un excellent contenant pour de savoureux ingrédients typiquement napolitains. De ce rituel, le Cuzzetiello se déguste aujourd’hui dans de nombreuses sandwicheries du centre-ville et de la banlieue, véritable alternative street food, bien plus ancienne que le « cuoppo » qui envahit aujourd’hui (même trop) tous les recoins du centre historique de Naples.

Quel bon marenne!

Le Cuzzetiello est une variante du marenne (qui, attention, ne veut pas dire « collation », mais désigne proprement le sandwich), pas n’importe quelle collation, donc, mais un repas  » ‘e sustanza », tout comme le marenne. Celui-ci est rempli de jambon, de fromage, de tomates ou de tout autre chose mais, contrairement au Cuzzetiello, l’important est que les ingrédients soient séparés par deux tranches de pain parfumées. Présentez la scène de Massimo Trosi dans cette vidéo où, lorsqu’on lui a demandé pourquoi il préférait le réveillon du Nouvel An merenna avec de la mortadelle, lui, mangeant le sandwich du boucher, dans la charcuterie, entame un panégyrique sur la bonté du sandwich et l’inutilité du dîner du réveillon ? Or, comme le dit le mot lui-même, qui dérive de « merère », ou « mériter », la version dialectique, réadaptée, signifie précisément « choses à mériter » : le marenne pour le Napolitain c’est presque un trophée.

A remplir selon vos envies

Ici, le cuzzetiello se mérite aussi : mieux que n’importe quel dîner, il donne satisfaction, rassasie, rappelle la tradition et se déguste avec les mains. À Naples, il y a ceux qui ne l’offrent que dans la version originale, c’est-à-dire celle avec ragù (napolitaine, différente de la bolognaise), mais quelqu’un à la place a même appelé le lieu O ‘Cuzzetiello, afin de l’identifier comme le temple du « culetto » de pain à garnir à votre guise : saucisses et brocolis, scarole et olives, aubergine parmigiana, ragoût de viande, aux courgettes façon scapece, façon Nerano. Etc.

L’évolution de Cuzzetiello

Combien de fois nous sommes-nous dit : « faisons un sandwich rapide », bon, sans engagement, ni de temps ni d’argent. C’est pourquoi ils aiment ça. Encore plus s’il ressemble à une mérenna, dans la formule Cuzzetiello, comprise comme un excellent contenant pour tout type de condiment.

Le chausson à pizza